#08 - Pont
17h34
#08 - Pont
17h28

Sais-tu que je danse, dans l’urgence et la nuit. ?
Je suis cette veine sinueuse et bleuie qui charrie la boue des images en boucle.
Je la suis.  Prends ma main, suis moi » Je la suis
Au bout de moi, au bout de ce monde

#08 - Pont
17h27

Où es tu ?
Attends-moi !
Je n’ai pas peur ! De quoi devrais-je avoir peur ?
« Prends ma main, suis moi »
Je commence à peine à écrire, à questionner, à arpenter cette nuit qui a vu s’écrouler les heures
et s’édifier le silence, Un mortier de sang dans la bouche, Le corps fondu, en fièvre, en larmes, Les muscles comme des nerfs de bœufs tétanisés
Je n’ai pas peur

#08 - Pont
17h26

Je suis seule
Je regarde l’eau noire.
Je sais que tu es là
Prends ma main, suis moi.

#08 - Pont
17h25
#08 - Pont
17h23
#08 - Pont
17h21
#08 - Pont
17h20
#08 - Pont
17h18
#08 - Pont
17h17
#08 - Pont
17h13
#08 - Pont
17h11
#08 - Pont
17h09
#08 - Pont
17h07
#08 - Pont
17h04
#08 - Pont
17h02
#08 - Pont
17h01
17h00
#07 - Fanfare
16h21
#07 - Fanfare
16h17
#07 - Fanfare
16h12
#07 - Fanfare
16h09
#07 - Fanfare
16h05
#07 - Fanfare
16h01
16h00
FlashBack
15h57
FlashBack
15h30
Rendez-vous
15h17
Rendez-vous
15h16
Rendez-vous
15h15

Rendez-vous à 17h au Pont de la rivière du Mat...
Ce sera notre tout dernier Rendez-vous.
Prenez votre casque...
Et préparez vos co-voiturages ! Il y a peu de places pour stationner.
Les Parkings sont situés Rive Sud / Côté Bras Panon.

15h07

Il ne nous reste qu’à apprendre
À refuser les destinées contraires
Les malheurs attendus

15h00
#06 - Duo
14h59

Si nous le voulons
encore
Accepter d’être calme et résistant
Apprendre et n’en avoir jamais fini
Décliner le gout du malheur
Et arpenter le monde en ouvrant grand les yeux !

#06 - Duo
14h58

Partir où il n’y a que nous à rencontrer
Refuser le pouvoir et refuser la haine
Nous accorder d’être perdants joyeux entre duo et pont
Et gagnants généreux
Faire la nique à la nique elle-même

Ecouter ce que l’on nous dit
Et ne garder que,
Ce qui nous trouble,
Ce qui nous émeut,
Ce qui nous bouleverse et
Nous déstabilise

Si nous le voulons
encore
Accepter d’être calme et résistant
Apprendre et n’en avoir jamais fini
Décliner le gout du malheur
Et arpenter le monde en ouvrant grand les yeux !

#06 - Duo
14h49
#06 - Duo
14h46
#06 - Duo
14h43
#06 - Duo
14h41
#06 - Duo
14h40
#06 - Duo
14h38
#06 - Duo
14h37
#06 - Duo
14h36
#06 - Duo
14h34
#06 - Duo
14h33
14h00
#06 - Duo
13h32
#06 - Duo
13h31
#06 - Duo
13h30
#05 - Livre Rouge
13h10
13h00
#05 - Cinema
12h55

Il nous reste tant à donner
Notre parole aux incrédules
Notre congé aux victorieux
Le change aux drames des destins
Il ne nous reste qu’à rendre
Baisers pour baisers
Larmes pour larmes
Fous rires pour fous rires

Rendez-vous
12h30

Retrouvez-les à 14h30. Perchés au bord du monde.
Rendez-vous à l'immeuble Station, face à la Pharmacie du Lycée au-dessus de la Gare.

12h00
Rendez-vous
11h50

Bienvenus pour un intermède dans les snacks de la cour intérieur du domaine de la Vanille, transformés en web-cafés !
Ils vous proposent des mets à petits prix.
DOMAINE DE LA VANILLE rue de la Gare.
Suivez l'odeur du poulet grillé !

#05 - Cinema
11h30

"OCTOBRE NOIR ou Malek, Saïd, Karim et les autres..." de Florence CORRE et AUREL. Musique Ibrahim MAALOUF
© LA FABRIQUE PRODUCTION

#05 - Cinema
11h25

In passing, Allan Miller

#05 - Cinema
11h18

Terre Marrone
Par Lauren Rassan
Nawar Production, Réunion première

#05 - Cinema
11h17
#05 - Cinema
11h10

Si jamais nous devons disparaître ce sera sans inquiétude mais en combattant jusqu'à la fin
Un Court métrage de Jean-Gabriel Périot — Produit par Envie de Tempête Productions

#05 - Cinema
11h08
#05 - Cinema
11h07
11h00
FlashBack
10h55
10h40

On continue ! Rendez-vous à 11h00 pour une séance gratuite de Cinéma !
Soyez à la Médiathèque de Saint-André / 601, rue de la Gare .

Hors-Champ
10h32
Hors-Champ
10h32
#04 - SuperU
10h31
#04 - SuperU
10h29
#04 - SuperU
10h28
#04 - SuperU
10h27
#04 - SuperU
10h26
#04 - SuperU
10h25
#04 - SuperU
10h24
#04 - SuperU
10h24
#4 hypermarché
10h23

« Ensemble, ont-ils dit, si nous le décidons nous pouvons réaliser le hasard, pour que tout se détraque normalement » …

#04 - SuperU
10h22
#4 hypermarché
10h21

Un acte de résistance est une opposition héroïque mais personne n’a dit qu’elle devait être triste ou violente...
Leurs actions sont totalement pacifiques, et vont parfois jusqu’à l’invisibilité...

#04 - SuperU
10h17
#4 hypermarché
10h15

Ils sont aujourd'hui des milliers de personnes, bravant les législations commerciales, les conventions mercantiles, et les états de toute urgences, depuis longtemps installés dans leurs magasins d'adoptions.
Ils habitent les rayonnages, questionnent les regards qui questionnent ou qui ne voient pas...ils sont présents tous les jours de l’année...
Ils ne volent pas, leur but n’est pas de s’en prendre au capital de l’entreprise, ils sont juste présents pour inscrire l’attentat poétique au patrimoine mondial de l’humanité...

#04 - SuperU
10h14
#4 hypermarché
10h13

Il était une fois, dans le décor stéréotypé et vaguement anxiogène de nos centrales d’achats, des hommes et des femmes, bien décidés à opposer aux abrupts et rigides rayonnages, la souplesse jubilatoire et la vivacité communicative de la lucidité joyeuse…

Vous allez les croiser… Peut-être même finirez-vous par en faire partie…
La complicité des poètes est de ces contaminations qui enchantent…

#4 hypermarché
10h10
#04 - SuperU
10h09
#4 hypermarché
10h02

Entrons, vous voulez bien ?
Aujourd’hui Pas de liste d’emplettes, vous êtes en mission,
Capables de précautions de principe, Coupables d’attentats poétiques !
Cette fois ci, entrons et n’ayons l’air de rien…
avançons nous dans le premier hall, juste avant les caisses.
Regardons. Vous voyez ? surtout ne dites rien.

Ici, tout est prévu pour la circulation individuelle, ne pas s’attrouper, ne pas stagner, circuler, toujours circuler.
Il va nous falloir nous disperser, juste après le portillon à droite toute ou à gauche toute
vous y êtes ? Ça va commencer !
Commençons l’occupation du royaume !
Colonisons…

10h00
#04 - SuperU
9h55
9h00
8h01
8h00
7h23

Le jour va se lever, Le jour se lève…
Voilà, il est levé ! À nous d’en faire un jour nouveau, à nous d’en faire un jour conscient, un jour sans peur…
un jour à nous, à vous, à tous ceux qui, ailleurs, ici…

Oui ! Tiens ici !
Ici et aujourd’hui !

7h00
Hors-Champ
6h57
6h00
la nuit la haut
5h22

De l’art et la manière d’exiger que demain ne soit pas hier encore

De l‘art et la manière d’harnacher aux parois de pluies
Des rayons du soleil pour gribouiller des arcs en ciel multipliés

De l’art et la manière de tirer un archer sur les veines
Contre le vent de toutes les marées

De l’art et la manière de rire au nez de toutes les sécurités

De l’art et la manière d’envisager toutes les guerres
Pour en imaginer tous les traités de paix

De l’art et la manière de dénuder les destinées contraires
Pour faire une arme du destin

De l’art et la manière de raccommoder les tympans
Avec des croches et des slogans de soirs de fêtes pour l’humanité

De l’art et la manière d’être seul à tisser
Tous les liens déliés de tous les solitaires

De l’art et la manière qu’une ville en treillis
Succombe désarmée

De l’art et la manière d’imaginer vivants les manifestes des artistes
Et bientôt mortes les promesses de campagnes ternies

De l‘art et la manière de déjouer les artifices
D’un enfer maquillé en éden consommé

De l’art et la manière
Etre vivant

Mémento Mori l’ami…

5h00
la nuit la haut
4h54

Pire était notre crainte
Pire l’absence de résignation
Pire la clameur de notre colère
Pire la détermination
Pire que ce qu’il y avait à perdre
Pire que ce que nous devions gagner
Pire que le feu que les cris que les armes
Le bouleversement les courses éperdues
Poursuivies pourchassées
Pire que nos chaussures à nos pieds… des boulets
Mais debout…

la nuit la haut
4h46

Et pourtant…
Pire que le manque
Pire que l’absence de désir
Pire que cet amour qui ne veut plus de toi
Pire que le venin qui roule dans ses veines
Pire qu’un souvenir qu’il faudrait oublier
Pire que la poussière sous les dents
Pire que ce que nous n’osions croire
Pire que ma pire épouvante mêlée à la pire des tiennes
Pire que le cynisme face à notre détresse
Pire que la violence retournée contre nous
Pire que le désert gagnant vers l’infini
Pire

la nuit la haut
4h32

Pires les engueulades
Pire de jour en jour de mois en mois
Pire
Pire que le pire encore et à venir
Pire que notre fièvre
Pire que le froid sous la pierre
Pires que les serments oubliés aussi vite
Pire que l’imagination crasse, les obsessions débiles
Pire qu’un peuple triomphant
Pire qu’un peuple résigné
Pires que nos vociférations
Pire et pourtant fatal
Pire et pourtant attendu
Pire et pourtant logique
Pire et pourtant sociologiquement normal
Pire et pourtant sans surprise
Pire

la nuit la haut
4h10

Les jours se succédaient
Pire était la terreur
Pire était le silence
Pire l’état d’urgences
Pire était le cynisme
Pires étaient les mensonges
Pire était la provocation
Et pire était la haine
Pire était leurs sourires béats
Pires étaient nos rictus
Pires étaient les larmes
Pire était le brouillard
Pires les cauchemars

4h00
La préparation
3h48
La préparation
3h37
La préparation
3h33
3h00
La préparation
2h34
La préparation
2h22
la nuit la haut
2h17

Je danserai sur l’or brut de la lucidité ! J’incendierai les pavés, des glaçons dans les veines ! Inonderai de courses folles les places entravées de nos villes éventrées ! Tétaniserai les états d’urgence de rencontres bouleversées ! Perturberai d’insurrections joyeuses les espaces établis de nos cités anesthésiées ! Jetterai sous les feux de la rampe tous les méandres glauques de tous les fleuves ! Franchirai tous les ponts les gués les passes comme une langue de lave éreintée et tenace ! Agacerai perpétuellement l’oubli par l’inconfort acide du questionnement !
Obstinément, Je danserai sur des manifestes !

Il faudra bien…

2h00
1h27
Hors-Champ
1h20
1h15
1h09
1h00
0h25
La préparation
0h03
0h00
la nuit la haut
23h45

Le décor est éteint
Les consciences endormies
Les souvenirs veillent à rester les seuls à régner
De si haut
De si loin
Ils empruntent des rues, des avenues, des chemins, des tranchées de béton, dans une course folle
Au delà de l’intime…
Au chevet
Des berges et des parcs,
Habités
De sons salis
De cris
De sirènes malmenées,
De regards aveuglés
De beautés fulgurantes et momentanées
Au delà des eaux noires
Des trajectoires…

Des corps déviées
Basculés

23h00
FlashBack
22h01
22h00
#03 - Hôtel
21h52
#03 - Hôtel
21h44
#03 - Hôtel
21h43
#03 - Hôtel
21h41
#03 - Hôtel
21h40
#03 - Hôtel
21h37
#03 - Hôtel
21h31
#03 - Hôtel
21h30
#03 - Hôtel
21h20

Quand t’ai-je vu pour la première fois, si je ne te connais pas depuis toujours ?
Qui fuyons-nous, pour avoir su instantanément nous reconnaître ?
Pour qu’à la croisée du regard,
nous ayons été forcés d’admettre, que rien d’autre ne saurait advenir, que ce que nous devons vivre ?
Qu’aucun événement, aucune violence, aucune colère ne pourra remettre en question, ce « nous », qui va devoir être.

Rendez-vous
21h10

Retrouvez-moi à 21h30 à l'Hôtel d'un Seul Jour. Il est situé Domaine de la Vanille, 430 av de la Gare. A quelques pas d'ici.

Hors-Champ
21h06

« Dénommée Effe, déjà fichée comme personne pouvant atteindre à la sureté de l’état.
Connue pour trouble de l’ordre public.
soupçonnée de faire partie de groupuscules activistes
avec manifestations dans l’espace public »

Hors-Champ
21h05
21h00
Rendez-vous
20h45

L'épisode 4 se déroulera tôt demain matin. Si vous souhaitez y assister, appelez-moi au 06 92 03 55 10.
Je vous communiquerai le lieu et l'heure.

Hors-Champ
20h23
#02 - Bar
20h13
#02 - Bar
20h12
#02 - Bar
20h07
#02 - Bar
20h05
#02 - Bar
20h01
20h00
#02 - Bar
19h52
#02 - Bar
19h46
#02 - Bar
19h42
#02 - Bar
19h39
#02 - Bar
19h37

Lui
Son visage au révélateur dans la chambre noir
La Mémoire fragile comme une dentelle de films abimés
Bobines en Charpies
Traces en haillons
Au fond de ses yeux l’asthénie des clairvoyants
À ne pas nier la souffrance
Puisqu’elle fait partie du jeu

#02 - Bar
19h36
#02 - Bar
19h35
#02 - Bar
19h33
#02 - Bar
19h32
#02 - Bar
19h31

Il y a un grand travail destructif à accomplir, balayer, nettoyer !

Il faut un rapport juste entre le dire et le faire… Il faut énoncer et en même temps le faire !

Il n’est pas nécessaire de renoncer à la poésie pour agir comme révolutionnaire !

Mais être révolutionnaire est une nécessité à la condition du poète !

La créativité doit permettre d’exprimer ses désirs pour rendre la vie passionnante !

La créativité, le plaisir, la passion, doivent permettre de changer la vie pour transformer le monde !

L’art c’est la manière dont un individu se positionne par rapport à sa propre vie !

Les temps sont venus...

#02 - Bar
19h30

Il a dit :
Je sais la mémoire des volontés indisponibles
Je sais l’arme audacieuse de la conscience advenue
Et le déséquilibre des enfants soumis
Je sais la culpabilité
Affranchis-moi des maladresses de l’incertitude
Divertis-moi des exaspérations radieuses
Des obstinations sans bornes
Confies-moi l’insoumission farouche de la liberté sans surveillance

Elle a répondu :
Il faut inscrire dans l’histoire, une rupture qui ouvre l’horizon d’une autre histoire… le temps est venu

Hors-Champ
19h10
Rendez-vous
19h01

Rendez-vous pour l’épisode 2, à 19h30 au bar LE REPUBLICAIN.
Tout à côté de la Mairie... Je vous y retrouve.

19h00
FlashBack
18h36
#01 - Gare
18h22
#01 - Gare
18h17
#01 - Gare
18h15
#01 - Gare
18h14
#01 - Gare
18h10
#01 - Gare
18h09

Des pieds en suspens dans une splendeur pathétique.
J’entre dans les ténèbres, par le vide.
je connais la pesanteur,
Espaces refoulés des temps passés
Je connais le vide,
Ironique démesure
Je danse, je danse
De là-haut, à l’énergie de votre présence, empoigner le courage.
Redevenir Humain de l’attention portée à tout autre être humain.
Comme jadis les clochers des tourmentes, prévenir des absences et devancer les amnésies.
Traverser les orages. Délaver dans la nuit indocile, les ecchymoses et les balafres, barbouillées là, dans nos mémoires, par l'indécence des tyrans.
Apprendre à nos douceurs qu’elles sont invincibles.
Alors, à l’énergie de votre présence, rire aux nez des états d’urgence.
Braver nos souvenirs, et malgré notre appréhension, se payer de ce cauchemar,
en fin de comptes dans notre main venu manger.
Sans nous, que serions-nous ?

#01 - Gare
18h07
#01 - Gare
18h06
#01 - Gare
18h05
#01 - Gare
18h03
#01 - Gare
18h03
18h00
#01 - Gare
17h59
#01 - Gare
17h57
#01 - Gare
17h53
#01 - Gare
17h51
#01 - Gare
17h51
#01 - Gare
17h50

Se mêler à la ruche travailleuse et agissante
Grossir le flot qui se déplace et emporte
Se sentir presque amalgamé
Pour aussitôt s’extraire
À la croisée d’un regard…

#01 - Gare
17h45
#01 - Gare
17h43
#01 - Gare
17h42

Débarquer
Confronter son existence à la totalité des existences

#01 - Gare
17h41
#01 - Gare
17h40
#01 - Gare
17h39
#01 - Gare
17h38

Prendre la décision
De l’autre à rencontrer

#01 - Gare
17h38
#01 - Gare
17h37
#01 - Gare
17h37
#01 - Gare
17h36
#01 - Gare
17h35

Je suis là face à vous.
La ville se dessine au présent.



Dans le bus
17h01
16h47

Arrêter la destination
La confrontation craintive
Amarrer le voyage
Se réveiller du soliloque
Redevenir Humain de l’attention portée à tout autre être humain
Évaluer tant d’histoires
Tant de mots
Tant de sentiments
Entremêler la Fourmilière des trajectoires
Instinctivement choisir la sienne
Pour tricoter ensemble des destinées dépareillées.

Dans le bus
16h40
Départ
16h32
Aéroport de St Denis
7h20
vendredi
7h18

Il y a des lits défaits que je n’ai pas dormi
que je m'attache à des visages pour débaucher les perspectives
Et distraire les horizons
Décourage aussi bien, encore
La douceur opiniâtre des fatigues qui demandent grâce.
Le but sera toujours le chemin
Le but sera toujours le vent frileux qui se faufile
Aux habits des pantins en gros draps mâchurés
Attendris par la désinvolture
D’épouvantails crasseux
souillés par les corbeaux.
Le but sera toujours d’arracher le sublime
Au quotidien ballant des heures ennuyées
Dans des compartiments ternis
Dans des yeux délavés
Dans la fin qui arrive
Le but sera toujours le chemin et l’ami.

En vol
20h05
jeudi
20h04

Je voudrais voir le monde avec tes yeux
Sais-tu ?
Au regard des étoiles faire renaître l’aube...
Rendre le jour au jour
En silence
Risquer l’urgence
D’un manifeste insolent
Dans l’obscur de l’obstination
Et l’isolement d’un verdict cinglant
Dans les lambeaux de la mémoire
Les mots sont des octobre noirs

Aéroport d'Orly
19h01
19h00

La nuit devant moi est une étendue incertaine
Nos yeux doivent s’habituer à l’obscurité
Qu’en est-il de notre mémoire ?
Pour retarder l’effacement
J’embrouille l’entrelacs des
veines métalliques
Embarrasse d’aléatoire les cartes des destinations

18h42

Derniers instants en métropole.

jeudi
17h17

Dans les lambeaux de la mémoire
Les mots sont des octobres noirs
déposés dans un carnet rouge TELECHARGER ICI